Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires courtes

Histoires courtes

Bidaia poetikoa

Partager cet article

Repost

Basamortuetako lillura

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Basamortuetako lillura zara, ezin dena aurkitu

Zure begietako sumendi zirtan naiz erretu

Nere ametsetan zabiltza dantzan, ezin ukitu

Entzuten zaitudanean, zure ahotsa da kantu

 

Zure edertasunak nere bihotz leihoak ideki ditu

Zure irriak, emaztetasunak, didate burua galdu

Zure ezpainak nahi nituen neretan nahastu

Zure eskuek inoiz ezingo naute laztandu

 

Ezinezko maitasuna, hori da nerea, ezin lortu

Gaztetasun xoria ezin baita egundaino lotu

Zure freskurak ezin baititu nere urteak zatitu

Udaberri usaina dauka, larrazkenak ezin usaindu

 

Mendi errekak bere iturria itsasora isurtzen du

Alta nik ezin dut zutan nere maitasun iturria urtu

Amodioaren misterioak nork ezagutzen ote ditu

Nere bihotzean dagoen sagaioa dut ezin ulertu

 

Biziak badaki bederen nik nola zaitudan maitatu

Nerea inoiz izango ez zaren lilia, otoi ez beldurtu

Hemen daukazu bihotz bat dena ubeldu ta zahartu

Nahiago dut hau dena isildu, eta ez zu zauritu

 

Maitasun ezinezko hau nere baitan dena sartu

Nere bakardadean, beharko, urteetan malkoz hustu

Urteen mugak hor daude baina ez zaite inoiz urrundu

Maitasunak ezin badu, adiskidantza dezagun sortu

C’est une grande bâtisse

Ttotte Etxebeste —

C’est une grande bâtisse d’architecture du XIXème. A cette époque-là, elle devait être un hôtel particulier ou bien un immeuble de la grande bourgeoisie. Elle a une élégance ancienne avec son porche d’entrée à colombage. De nos jours encore, elle arbore fièrement une façade de brique et d’acier, avec ses grandes ouvertures faites pour laisser entrer la lumière de la ville. On y retrouve l’empreinte de Viollet-le-Duc ou peut être de Gustave Eiffel.

 

A l’intérieur, les plafonds sont hauts, les pièces immenses. On s’y perd dans ce dédale pièces. L’argenterie, elle, a disparu depuis longtemps mais, par-ci par-là, trainent encore de vieux meubles. Cette bâtisse devait accueillir une pléiade de monde sans compter son armée d’employés de maison. Malgré la poussière qui cache les dorures et les fresques d’époque, malgré l’usure du temps, on y devine encore les bals bourgeois du XIXème, des restes de pas de valse sont toujours sur le parquet vieilli et le champagne a laissé des traces sur les murs. Dans les étages, on y trouve des grandes chambres, chacune équipée d’une salle de bain plus grande que nos studios d’aujourd’hui. Des chambres où ont dû s’aimer les amants, qui, au petit matin, se quittaient. Des amants morts depuis longtemps.

 

Le froid des hivers du XXI siècle dépose le gel sur des gouttières ballantes et forme des stalactites. Quelqu’un a muré tous les accès et nul ne peut y pénétrer. Elle est emmurée comme si on voulait y cacher ses secrets, comme si elle était interdite au monde du XXI ème siècle.

 

Elle se meurt doucement, attaquée par le temps qui passe et l’usure, et sous son porche d’entrée à la porte emmurée, deux hommes dorment emmitouflés sous des couvertures et des cartons. Eux aussi meurent…de froid. Ils sont là, sous ce porche, sans possibilité de se refugier dans l’immensité de cette bâtisse, sans moyen de s’abriter du froid glacial de l’hiver. Des sans toits, des sans abris !

Article publié depuis Overblog

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

Zenbat denbora behar dugu gure biziak onartzeko

Zenbat galtzen gira alkohol keetan beldurrak gainditzeko

Zenbat nigar behar ote ditugu berriz irri egiteko

Zenbat egun, zenbat urte, zenbat mende, gaua onartzeko

Zenbat urrats itzulika makurturik debaldetako


Goizetiar lanbroetan logabeziak ditugu gordetuko

Sortu bezain fite gure hegalak ditugu erreko

Ur asketetan gure haurtasun galduak goiti botako

Ilusio ametsak ditugu asmatzen ni naiz erraiteko

Hauts gira ta poesiak idazten hori ahanzteko

 

Zenbat gezur bizia nahi dugulako amaigabeko

Zenbat fede elizetan ezer ez dela gordezeko

Zenbat denbora sehaskatik hilerrira bidelatzeko

Zenbat lagun gelditzen dira hor azken egunerako

Zenbat krabelin gorri lur busti baten gainerako

 

Heriotz itzalean, bizirik gaudela sinesteko

Joan direnak otoizten ditugu, gurea da etorriko

Goiz edo behant begietako sua zauku itzaliko

Bizia heriotz iturri bakardadean gaitu hartuko

Iduzkiak berotzen gaitueno bizi gaiten eguneroko

Un enfant

Ttotte Etxebeste —

Il prit son enfant dans les bras, après neuf mois d’attente, il était enfin là, ce petit bout de quelques kilos ; ce n’est parfois pas très grand, l’immensité de l’amour ! Il regardait cet enfant et se demandait, s’il savait qui il était ? Reconnaissait-il le timbre de sa voix?

Cet enfant, il l’avait senti respirer, bouger dans le ventre de sa mère. Il l’avait imaginé sur des photos sémantiques en noir et blanc. Pendant neuf mois, il avait été celui qui lui chuchotait la tête blottie contre le ventre de sa mère. Aujourd’hui, il pouvait enfin le serrer contre lui, l’entendre brailler. C’était son enfant, une partie de lui. Il était là ce petit bout qui avait foutu un bordel pas possible dans sa vie.

Il tenait son enfant dans les bras. Au début, il avait été un peu bancal, comme une chaise à laquelle il manquerait un pied. Comment le prendre pour ne pas lui faire mal ? C’est que c’est fragile ces petits bouts. Et à peine arrivé, que déjà il gesticulait. Cet instant, il l’avait attendu, l’avait rêvé et il était maladroit avec ses bras d’homme. Comment le protéger ? Il le prit comme s’il était un cristal. Heureusement l’instinct était là, et petit à petit, les gestes devinrent plus assurés, plus confiants. Il tenait dans ses bras la plus grande des richesses, la beauté de la vie. Ses petites mains faisaient déjà le poing levé, il en était fier ! Il cherchait dans ses yeux, son visage, une ressemblance, un signe. Cet enfant savait-il qu’il avait mille fois déjà rêvé ce qu’ils feraient ensembles, les jeux, les escapades, les histoires qu’il inventerait pour l’aider à grandir. Durant neuf mois, il avait élaboré toute une vie pour son enfant.

En le berçant, en le regardant, il s’aperçut comme une évidence qu’un enfant apporte l'espoir même là où il n'y en a plus. Il éclaire la nuit ! Un enfant, c'est un oasis au milieu de la tempête, un champ de guerre qui refleurit ! Un enfant, c'est un être fragile et pourtant il est l'avenir. Il fait oublier le bruit des bombes par le chant de ses premiers rires. Un enfant redonne la force de croire en un monde meilleur. Il est capable de faire tomber toutes les murailles que les hommes ont construites. Un enfant, ça transforme un homme en père. Un enfant, c’est la magie d’un sourire et son premier areu vous arrache les larmes de l’âme. Un enfant bouleverse l’âme. Il vous amène en voyage où vous n’êtes même plus le capitaine du navire, c’est lui qui vous trace la voie.

Il vous fera veiller tard, il rendra certaines nuits blanches. Vous aurez peur les soirs de fièvres. Sa première dent sera votre première dent. Il vous fera pleurer avec ses premiers mots. Ses premiers pas seront vos premiers pas. Il vous prendra par la main et vous serez fier comme si c’était la plus grande star qui vous prenait la main.

Un jour il s’en ira pour une autre aventure vous laissant, pour vivre son destin, il le regardera partir, parce que c’est la vie…

Dans la nuit

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

Il est tard dans la nuit

Je crois vers les minuits

Il y a un parfum de millepertuis

Et elle, seule, elle s’ennuie

De sa main elle s’essuie

Ses jolis yeux détruits

Son visage de larmes enduit

Le cœur au fond du puits

L’amour y est enfoui

Elle cherche un appui

Rien que le vide de suie

A néant tout a été réduit

Un matin il la séduit

Et un soir s’est enfuit

De cet amour elle a jouit

Mais ce soir c’est fini, c’est cuit

Dans la rue Il est déjà loin, lui

Il est parti sans un regard, et puis...

Quelle importance aujourd’hui

Elle croque, sans envie un biscuit

Sa vie sans lui se poursuit

 

Zertarako da iragana?

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zertarako da iragana?

Ikusi ezagutu ditugunak
Edan ditugun iturriak

Ereman ditugun borrokak
Denak beti mehatxatuak dira

Bide bazterretako liliak bezala

Harriak ere desegiten dira
Maitatu ditugun izenak

denboraren ordutegian ahantziak

Euri hotz zaparraren pean
Zuhaitza ere lurperatu da
Bi lore idortuen artean


Gu etorkizunari begira

Urratsez urrats

Iturria itsasorantz doan bezala
Zozo ta birigarroek kantatu dute
Nork entzun ote ditu
Oihan baratzetan

Non ote ginen

Zerbait aldatu da

Zertarako da iragana?

Gure haur jostailuak puskatu dira

Gizon, abereek ihes egin dute

Lohian arrastoak gelditzen ote dira?

Zertarako sortu gira?

Zertarako borrokatu gira?

Zertarako maitatu gira?

Hau dena gu gabe segitzen bada
Harria bera ere desegiten denean
Zuhaitzak xutik iraunen ote du?

Bi lore idortuen artean.

 

Isiltasunaren pisua

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mahaina bat, bi kadira

Dauden lore bakarrak

Mahain gaineko napan,

Margotua direnak

Parez-pare bi platerra

Ukitzen diren bi basoak

Kanitak eta sardeskak

Atzekaldean murruan

Zintzirik kuadro bat

Mattin-en margo kopia bat

Ordulari baten orratzak

Denboraren pasada

Gogorarazten dutenak

Xoko batean

Beste kadira baten gainean

Betitik hor balitz bezala

Gatu bat lotan

Nehork begiratzen

Ez duen telebistan

Bikote bat maitatzen dira

Leiho ideki batetik

Kanpoko bizi azantza

Mahain horretan

Izandako bikote bat

Gizonaren ondoan

Berria egunkaria

Aldiz emazteak

Hitz kurutzatuak dauzka

Ez daukate begiradarik

Bat bestearentzat

Airean sendi da

Isiltasunaren pisua

Flash spécial…

Ttotte Etxebeste —

Flash spécial…

Une nouvelle horrible vient de tomber. C’est fichu ! La magie de Noël, c’est cuit pour cette année et les suivantes aussi, je vous préviens !

 

La belle nuit de Noël est encombrée d’avions de chasse et d’autres bombardiers. Même l’autre ordure de pochetron de Jugnot n’ose plus sortir avec son caddy. La neige, elle, n’étend plus son manteau blanc, le réchauffement climatique est passé par là, que voulez-vous !

 

Et vous les enfants ne levez pas les yeux vers le ciel, il n’y a plus rien à voir ! Les étoiles sont mortes et les satellites ont pris leurs places. Non, vous n’entendrez plus les clochettes tintinnabuler, le vacarme du chao qui arrive jusqu'à nos portes les couvre de sa chape de terreur. Rangez vos petits souliers car c’est la misère qu’on distribue par millier en ce moment. Les yeux se voilent de larmes et de faim et le vent de la rue fait pleurer les enfants, c’est le froid de l’hiver dans les yeux grands ouverts. Petit garçon, il est l’heure d’aller te coucher, l’avenir est sombre pour toi !

 

Et ce n’est pas tout, dans un coin sombre d’une montagne, en cette nuit glaciale, un charbonnier qui rêvait d’amour a été assassiné par des crânes rasés aux biceps tatoués de croix gammées, les copains de la blonde qui rêve d’arriver au pouvoir au printemps prochain. Pauvre gars, il sera parti sans jamais jouir du plaisir de l’amour ! Brave charbonnier !

 

Il est né le divin massacre, depuis quatre mille ans qu’on nous le promet. Il est enfin arrivé avec sa folie rageuse et sa destruction. Ce n’est plus le petit tambour qui fait pa-ram-pam-pam-pam, non ce n’est pas le petit tambour, c’est le bruit des bottes et des bombes. Trois grands rois et quelques sous-fifres se partagent le monde et jouent avec, comme des enfants gâtés et capricieux.

 

C’est foutu, je vous dis, c’est l’apocalypse, Fermez portes et fenêtres, enfermez-vous et oubliez la dinde, elle a la grippe et le vin est imbuvable, le raisin a eu la visite de Monsanto au printemps dernier, c’est aussi vrai pour le champagne, je suis désolé. Le saumon, lui, a pris du plomb, pas dans l’aile, mais c’est tout comme ! Ah oui ! Faites gaffe au chocolat, ce n’est pas du chocolat pour de vrai, c’est de l’huile de palme colorée. Conseil d’ami, jeûnez, c’est plus prudent et éteignez la télé, la radio.

 

Voilà, j’espère que je ne vous ai pas mis le moral à zéro, et que je n’ai pas plombé l’ambiance ! Si c’est le cas, je m’exile en Patagonie orientale.

 

Putain… faut que j’arrête d’écouter Jean Guidoni !

 

 

Article publié depuis Overblog

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

Nere hesteetatik nahiko nituzke asmatu

Hitz berriak, ezezagunak, poesia ahantziak             

Ixiltasun hitzak zu liluratzeko

 

Nahiko nituzke eliza sakratu guzietako

Ixiltasun, zentzutasun guziak lapurtu                  

Zuretzat biguntasunaren egiak ikasteko               

 

Aitzurtu nahiko nuke lurraren erdigunera             

Amodioaren eternitatezko suaren xeka                 

Gure maitasuna su horretan erretzeko

                  

Galduko nitaike basamortuetan

Iduzki erreduran nere buruko liluran

Zure arimaren zabaltasuna jalgitzeko

                   

Lurraren poloetako izotzetan izoztuko nitaike       

Zure armadura senditzeko kraskatzen               

Arraildura horretatik zure bihotza ukitzeko       

 

Urperatuko nitaike itsasoen barnetasunetan       

Ahantzitako garaietako altxorren bila                 

Zuri eskaintzeko jainkosari bateri gisa                                

 

Gure haurtasun ahantzitako

Sekretu estaliak aurkitu nahi nituzke

Zure gauetako lo ametsetan pausatzeko                 

 

Nahiko nuke apokalipsia, heriotza, ezerreza              

Illupenenaren bide latzak ezagutu

Goiz iduzkiarekin berpizteko zure besotan             

 

Pentzeak, mendiak nahi nituzke lasterkatu

Agorduran, zaurietan ulertzeko azkenean

Zer den maitasun hutsaren sofrikarioa

 

Senditu nahi zituzket, maitatu bizi amaierano                

Azkenean baketua zutan uzkurturik  loarkatu

Zure laztanetan, zure maitasunez estalia

Madarikatua

Ttotte Etxebeste —

Oldartu, xutitu ginen herri aske bat amestuz. Armak hartu genituen arbasoen hizkuntza ta lurra defenditzeko. Hil, torturatu, presondegiratu gaituzte... alta beti xut atxiki ditugu buru-bihotzak.

 

Herri zahar honetan sortu ginen, mendeak eta mendeak gainditu dituen hizkuntza izan dugu seaska-kantu. Hizkuntza hori ukatua, menperatua denean bere seme-alabeen eginbeharra beti izan da babestea. Gure arbasoek irauli, hazitu, jorratu duten lurra da gurea, ta kanpotik etorritako arrotz handi-mandi batzuek zatitu, partikatu eta bereganatu nahi dutenean, bide bakar bat gelditzen zauku: oldartzea !

 

Hau izan ote dea gure bekatua ? Madarikatua ote dea herria eta askatasuna maitatzea ? Hala bada, madarikatua izan naitezela. 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>