Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires courtes

Histoires courtes

Bidaia poetikoa

Un clown triste

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque tu as lâché les amarres

Pour prendre le large

Mettre les voiles

Je me suis échoué.

Dans ce naufrage

Je suis le fantôme

D’une armée de l’ombre

Avec mes sanglots longs

D’une langueur monotone.

Non, mon amour

Ce n’est pas ton bateau

Qui est ivre

C’est moi qui sombre

Qui dérive dans l’alcool.

C’est Venise qui se noie

Dans mes larmes.

 

Putain ! que c’est con

Un clown triste.

Lorsque ruisselle

Sur sa joue trop blanche

Un ruisseau en perdition.

 

Dans le fracas du vide

La terre se fissure

Au fond de mon âme.

Le vent t’emporte au loin,

Et moi, j’ai tout perdu

La bataille

Et la guerre aussi.

Depuis que tu n’es plus là

Mon fleuve de larmes se déverse

dans un océan de détresse

Avec son radeau de la méduse.

Et le cimetière des amours mortes

Est un terrain vague où je me perds.

 

Alors le clown triste

Va s’asseoir sur un banc

Et dans ce siècle de morts

Je vais les rejoindre.

Tout noir, ou tout blanc

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

On me dit, que c’est tout noir ou tout blanc !

Mais entre les deux,

N’y a-t-il pas une multitude de couleurs ?

Des teintes et des nuances ?

Sous la pluie

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, une pluie de mai

coule sur les trottoirs, et je me dis …

J’aimerais me balader sous la pluie avec vous

Sans personne d’autre que vous à l'horizon.

Seuls au beau milieu de la rue

Un sourire rêveur sur les lèvres

Une étincelle au fond des yeux

On ressemblerait à des enfants

S'amusant à virevolter sous la pluie,

Derrière leur fenêtre

Les gens nous regarderaient bizarrement

Mais peu nous importeraient,

Seuls au milieu de la rue le monde nous appartiendrait

Nos éclats de rire couvriraient le bruit de la pluie,

La pluie couvrirait nos mots délicatement chuchotés.

Aire de repos / pausaleku bat

Ttotte Etxebeste —

Mon cœur n'est pas une aire de repos,

J'ai donc tracé autour de lui,

Des rues, des avenues

Des chemins non balisés

Je vous le dis…

Mes sentiments sont en perpétuel mouvement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nere bihotza ez da pausaleku bat

Bere inguruan margotu ditut

Kaleak, hiribideak

Seinale gabeko bidexkak

Horrela da…

Nere sentimentuak ezin geldi,

ibilkari dira.

 

Aker beltza

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nere baitan begiratzen dutanean

Mirailaren beste aldean

Iduri du mila urte dituztela

Lanbroaz josia daukat bizia

Bat-batean gogoratzen naiz

Iduzkitsu nitzenean

Udaberri betean

Munduaz gosetua

Beste garai batean

Beste leku batean

Beste bizi batean

Beste ni bat nizenean

 

Eta gaur

Aker beltz batek

botatzen daut bere begirada hotza

galdetuz ez nagoen jadanik hila ?

 

Eraikitzen ditugu

hareazko gazteluak

itsas mareak erematen dituenak

Maitasun poesiak idazten ditugu

arbol enborretan

lehen ekaitzak lurperatzen dituenak

Amestu dugu amodia sua dela

bainan euri zaparradak

suak itzaltzen ditu

Askatasun bila galdutako haurrak gira

iraultzarik ez baita ardi artaldean

Izar gorriak margotu ditugu

eta denbora iraganak histu ditu

Entseiatzen gira guhaur izaiten

Entseiatzen gira haizea entzuten

Ez ezer iraganaz ahazten

Bihotz, gorputz eskaintzen

Zauriak gorde atxikitzen

Baina azkenean dena da zimurtzen

 

Eta gaur

Aker beltz batek

botatzen daut bere begirada hotza

galdetuz ez nagoen jadanik hila ?

 

Bide bazterrean jarririk aitona zahar bat

Ni ote naiz oraindik zaharrago ?

Edo zu ?

Jour d'élection

Ttotte Etxebeste —

Je me suis réveillé ce matin avec cette ferme motivation du guerrier, que je devais accomplir mon devoir de citoyen libre. Décidé j’ai pris ma douche, là je vous passe les détails ! Les écolos ne se présentant pas j’ai pris la voiture direction le bureau de vote. Sur le chemin, j’ai été étourdi par le chant d’un merle, je me suis arrêté, après tout j’ai la journée pour voter. Je me suis laissé emporter par sa mélodie, à ces poètes, des vrais cœurs d’artichaut ! Le temps s’écoulant, je crois que je me suis endormi sur l’herbe.

 

Je me suis ressaisi, le devoir m’appelle, je reprends la route. Ne voila t’il pas que l’amitié me prend par le bras pour aller prendre un verre, un verre ce n’est rien, un verre c’est vite pris ! Mais l’amitié ça s’entretient, c’est sacrée, donc il faut plus d’un verre ! L’amitié c’est infernale ça vous fait tourner la tête ! La mienne m’a même saoulé !

 

Quand on est un vrai citoyen rien ne vous arrête ! Quand il faut y aller, il faut y aller ! Me voilà reparti, mais ou ai-je garé la voiture sacré nom de dieu ! Je vous promets quand l’amitié vous saoule il est très difficile de retrouver une voiture garée, c’est comme si elle avait décidée de jouer à cache, cache avec vous. Satanée automobile ! Ce n’est pas le moment de me faire courir dans tous les sens ! En fait elle s’était garée deux rues plus hautes, on s’est tout de même retrouvé c’est l’essentiel ! Les clés, où sont les clés ? Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas ! Comme les poches sont profondes après quelques verres avec l’amitié !

 

La détermination à accomplir mon devoir étant inébranlable, je poursuis mon périple, à pas ferme et déterminé je m’approche du but, les mains moites, le cœur battant je me précipite, je vais le faire, je vais accomplir mon devoir ! Une fois le bulletin déposé dans l’urne je suis parti serein et fier comme un pape.

 

Mais depuis je ne sais pas pourquoi j’ai un trou ! Un vide sidéral qu’ai-je fait ? Le doute m’a assailli, un vertige phénoménal ce lieu ne ressemble pas à un bureau de vote ! Merde je crois que j’ai voté aux toilettes publiques ! Et merde ! Pour une fois que j’étais décidé !

Demain il fera nuit

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demain il fera nuit

Je l’ai entendu

Je ne sais où

Je ne sais pourquoi

Demain il fera nuit !

Les enfants fuiront

Les cités se videront

Les portes se fermeront

La musique réduite au silence

Tout sera néant et noir !

 

Toi hier que j’ai aimé

Dans un hôtel de passage

Eclairé aux néons de la rue

Toi avec ton sourire maladif

Tes seins blancs dans mes mains

Tes lèvres dans les miennes

Les corps en braise

 

Mais demain il fera nuit

Les enfants fuiront

Le soleil s’éteindra

Ampoule morte

La pluie ne nettoiera plus

Nos cœurs blessés

Blessures anciennes

Des rêves perdus

Au fond des précipices

 

Toi hier que j’ai aimé

Dans un hôtel de passage

Avec ton sourire maladif

Tes griffes lacérant ma peau

Mes lèvres buvant ta soif

Comme si,

Tu étais une source perdue

Tes reins cambrés

Deux enfants fiévreux

 

Qui sait,

Dans une île quelque part

Demain après la nuit

Renaitra un nouveau soleil

Toi hier que j’ai aimé

Dans un hôtel de passage

Avec ton sourire maladif

Viens, allons deux enfants perdus

A la recherche de cette île

Et ce soleil qui renaitra

Nous brûlera

Comme toi hier

Tu m’as brûlé

La musique à nouveau

Se fera entendre

Une mélodie inconnue

Les enfants envahiront les rues

Les portes s’ouvriront

Et la vie se réveillera

De son sommeil

Bihar gaua egingo du

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bihar gaua egingo du

Entzun dut

Ez dakit non

Ez dakit zergatik

Bihar gaua egingo du !

Ihes egingo dute haurrek

Etxeak hustuko dira

Ateak itxiko

Musika isilduko

Dena galduko da

 

Eta zu atzo maitatu zaitudana

Beste mendeko hotel batean

Kaleko argiek ganbara argituz

Zu, zure irriño eriarekin

Zure bular xuriak nere eskutan

Zure ezpainak neretan

Sua gorputzan

 

Bainan bihar gaua egingo du

Haurrek ihes egongo dute

Iduzkia hilko da,

Desagertuko da

euriak ez digu gehiago garbituko

gure bihotz zaurituak

urruneko zauria

amets galduen

amildegia.

 

Eta zu atzo maitatu zaitudana

Zure irriño eriarekin

Zure atzamarrek

nere gorputza irauriz

nere ezpainek zure egarria edanez

iturri galdu bat balitz bezala

zure errainak ustaituak

bi haurren sukarra

 

Nork daki nonbaiteko uharte betean

Bihar berriz agertuko zaigu

Iduzki berri bat

Zu atzo maitatu zaitudana

Zure irriño eriarekin

Zato, goazen,

uharte hori aurkitzera

esnatuko den iduzki horrek

suez erreko digu

zuk atzo

sutan ezarri didazun bezala

Musika berriz entzungo dugu

Melodia ezezagun bat

Haurrak berriz kaleak

Hartuko dituzte

Ateak idekiko dira

Eta bizia esnatuko da.

Beti egun batez

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

Baratze bateko

Aulki batean

Geltoki batean

Bi treinen artean

Edota taberna batean

Alkoholaren laguntzaz

Beti egun batez

erran behar da adio

mukanesa bat hartuz

edo malkoak aske utziz

bizkar eman eta alde egin

beti egun batez

erran behar da adio

ezer ez baita betiko

dena galtzeko beldurra izanik

orrialdea itzuli behar denean

zerbait huts egin badugu edo ez

Beti egun batez

Erran behar da adio

Elkar begiratu gauden bezala

Bide desberdinak hartu

Hegazkinak ere lehertzen dira

Zeru urdinean

Haizeak hosto hilak

Eramaten ditu berarekin

Irriak airatu direnean

denbora beltzatu denean

Beti egun batez

Erran behar da adio

Zuhaitz busti baten azpian

Kale erdian

Eskuak utziz

Beti egun batez

Erran behar da adio.

Erbesteratu aitzin

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Erbesteratu aitzin

Azken begirada bat

pausatzen da bere hiriari
malkoak barneratuz izanari
Urrunago,

gerorago,

kaia bazterran

errauts bidean

isildutako sekretuak

ez gehiago nihongoa

Lurra ez da gehiago lur izango

Ura ez da gehiago iturri izango

Zuhaitza sustrai gabe

Errexa iduri zegoen

Dena utzi eta haizea bezain aske izan

Errex iduri zegoen !

Bainan hareak, hare ontzia galdu duenean

Harria, atxurdina erraustu direnean

Enbor usteldua, haritza lurreratu denean

dena berritz hasi behar denean

mundu damnatu batean

nehor gabe

ezer gabe

ez eta

Han nonbait utzitako iduzki gabe

Erbesteratu aitzin

Azken begirada bat

pausatzen da bere hiriari

Gaueko iluntasunean

Piztu azken zigarreta bat

Esku hotz igaran

Iragan arpegiak

Malkoetan

Zer xekatzen ote da

Zerumuga puntan ?

Etorkizun etxe bat

Edo zauri sendagarria ?

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>