Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires courtes

Histoires courtes

Bidaia poetikoa

Partager cet article

Repost

Demain il fera nuit

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demain il fera nuit

Je l’ai entendu

Je ne sais où

Je ne sais pourquoi

Demain il fera nuit !

Les enfants fuiront

Les cités se videront

Les portes se fermeront

La musique réduite au silence

Tout sera néant et noir !

 

Toi hier que j’ai aimé

Dans un hôtel de passage

Eclairé aux néons de la rue

Toi avec ton sourire maladif

Tes seins blancs dans mes mains

Tes lèvres dans les miennes

Les corps en braise

 

Mais demain il fera nuit

Les enfants fuiront

Le soleil s’éteindra

Ampoule morte

La pluie ne nettoiera plus

Nos cœurs blessés

Blessures anciennes

Des rêves perdus

Au fond des précipices

 

Toi hier que j’ai aimé

Dans un hôtel de passage

Avec ton sourire maladif

Tes griffes lacérant ma peau

Mes lèvres buvant ta soif

Comme si,

Tu étais une source perdue

Tes reins cambrés

Deux enfants fiévreux

 

Qui sait,

Dans une île quelque part

Demain après la nuit

Renaitra un nouveau soleil

Toi hier que j’ai aimé

Dans un hôtel de passage

Avec ton sourire maladif

Viens, allons deux enfants perdus

A la recherche de cette île

Et ce soleil qui renaitra

Nous brûlera

Comme toi hier

Tu m’as brûlé

La musique à nouveau

Se fera entendre

Une mélodie inconnue

Les enfants envahiront les rues

Les portes s’ouvriront

Et la vie se réveillera

De son sommeil

Bihar gaua egingo du

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bihar gaua egingo du

Entzun dut

Ez dakit non

Ez dakit zergatik

Bihar gaua egingo du !

Ihes egingo dute haurrek

Etxeak hustuko dira

Ateak itxiko

Musika isilduko

Dena galduko da

 

Eta zu atzo maitatu zaitudana

Beste mendeko hotel batean

Kaleko argiek ganbara argituz

Zu, zure irriño eriarekin

Zure bular xuriak nere eskutan

Zure ezpainak neretan

Sua gorputzan

 

Bainan bihar gaua egingo du

Haurrek ihes egongo dute

Iduzkia hilko da,

Desagertuko da

euriak ez digu gehiago garbituko

gure bihotz zaurituak

urruneko zauria

amets galduen

amildegia.

 

Eta zu atzo maitatu zaitudana

Zure irriño eriarekin

Zure atzamarrek

nere gorputza irauriz

nere ezpainek zure egarria edanez

iturri galdu bat balitz bezala

zure errainak ustaituak

bi haurren sukarra

 

Nork daki nonbaiteko uharte betean

Bihar berriz agertuko zaigu

Iduzki berri bat

Zu atzo maitatu zaitudana

Zure irriño eriarekin

Zato, goazen,

uharte hori aurkitzera

esnatuko den iduzki horrek

suez erreko digu

zuk atzo

sutan ezarri didazun bezala

Musika berriz entzungo dugu

Melodia ezezagun bat

Haurrak berriz kaleak

Hartuko dituzte

Ateak idekiko dira

Eta bizia esnatuko da.

Beti egun batez

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

Baratze bateko

Aulki batean

Geltoki batean

Bi treinen artean

Edota taberna batean

Alkoholaren laguntzaz

Beti egun batez

erran behar da adio

mukanesa bat hartuz

edo malkoak aske utziz

bizkar eman eta alde egin

beti egun batez

erran behar da adio

ezer ez baita betiko

dena galtzeko beldurra izanik

orrialdea itzuli behar denean

zerbait huts egin badugu edo ez

Beti egun batez

Erran behar da adio

Elkar begiratu gauden bezala

Bide desberdinak hartu

Hegazkinak ere lehertzen dira

Zeru urdinean

Haizeak hosto hilak

Eramaten ditu berarekin

Irriak airatu direnean

denbora beltzatu denean

Beti egun batez

Erran behar da adio

Zuhaitz busti baten azpian

Kale erdian

Eskuak utziz

Beti egun batez

Erran behar da adio.

Erbesteratu aitzin

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Erbesteratu aitzin

Azken begirada bat

pausatzen da bere hiriari
malkoak barneratuz izanari
Urrunago,

gerorago,

kaia bazterran

errauts bidean

isildutako sekretuak

ez gehiago nihongoa

Lurra ez da gehiago lur izango

Ura ez da gehiago iturri izango

Zuhaitza sustrai gabe

Errexa iduri zegoen

Dena utzi eta haizea bezain aske izan

Errex iduri zegoen !

Bainan hareak, hare ontzia galdu duenean

Harria, atxurdina erraustu direnean

Enbor usteldua, haritza lurreratu denean

dena berritz hasi behar denean

mundu damnatu batean

nehor gabe

ezer gabe

ez eta

Han nonbait utzitako iduzki gabe

Erbesteratu aitzin

Azken begirada bat

pausatzen da bere hiriari

Gaueko iluntasunean

Piztu azken zigarreta bat

Esku hotz igaran

Iragan arpegiak

Malkoetan

Zer xekatzen ote da

Zerumuga puntan ?

Etorkizun etxe bat

Edo zauri sendagarria ?

Il faut

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut sourire

Pour ne pas mourir.

Il faut s’ouvrir

Pour un soupir.

Corps et âme sentir,

Séduire,

La chair de plaisir.

Au fil du temps grandir,

Mais pas trop mûrir.

Tout parcourir

Pour se souvenir.

Parfois Souffrir,

Et toujours offrir,

Et puis courir,

…Courir !

Pour ne plus subir.

Le troupeau le fuir,

Pour se suffire.

Défaillir,

Faiblir,

Fléchir

Et ressurgir.

Rire,

Guérir,

Sans mentir

Et à la vie refleurir

Croire à l’avenir…

…Et revoir Casimir

Mundu berri bat / Un monde à inventer

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mundu berri bat eraiki

Zaharra puskatuz.

Utopia batetik

Amets batetik

Etorkizun batetara

 

Un monde à inventer

Par effraction.

D’une utopie

D’un rêve

Bâtir un avenir !

Zertarako sortu nintzen ?

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

Zertarako sortu nintzen ?

Nor naiz ?

Zein da nere bizibidea ?

Sortu nintzen ezerretik

Ezerrerako bidea izan dut

Eta ezerrean amaituko dut

Hauts, huts dakagu dena

Amategia ez ikusi nahi

Eta bide faltsuetan ihes

Amets gaixtoetan galdurik

Non eta nola galdu nintzen

Labirentu erdi erdian ?

Denbora iragan zait

Galderen erantzun xeka

Kearen atzean zer dagoen

Jakin nahi, eta…

Ezin jakin

Odolezko malkoetan

Goizetako lanbroetan

Basamortuko isiltasunean

Markutu naiz lurrean

Eta zer ?

Iragan dira orduak

Urteak !

Galderen burrunba

Beti hor !

Non aurkitu, nola ?

Ba ote du erantzunik

Bizi honek

Ba ote du zentzurik

Hau dena

Ez ote debaldetan ?

Azken ordua etorri aitzin

Norbaitek errango dit ?

Zertarako sortu nitzen ?

Nor naiz ?

Zein da nere bizibidea ?

Une heure

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne te regarde plus

Tu es comme invisible

Vous faites encore l’amour

Bien sur !

Mais est-ce vraiment l’amour

Le temps est assassin

Quand le cœur se tait

Tu te meurs en silence

Dans cette existence

Entre les enfants qui grandissent

Et cet homme qui devient étranger

Le corps en désespoir

Tu cours à la recherche

D’histoires de passage

Une heure volée

Ici et là

Une heure pour assouvir

Ce vide, ce manque

Une heure pour apaiser le corps

Mais l’âme crie, hurle

Aimez-moi !

Je suis vivante

Dans cet espace temps

Je suis une femme

Je ne veux pas

Dessécher comme feuille morte

Chienne de vie

Tu attends quoi de moi ?

Tu veux que je fane ?

Tu veux me voir défraîchir ?

Moi, je veux me sentir vivante!

Je veux me sentir femme !

Je veux être …

Enlacée d’amour et de désir !

Y a-t-il quelqu’un

Ici ou ailleurs

Existe-t-il un homme

Qui écoute son cœur

Qui saurait lire le mien ?

Tu ne sais plus

Tu ne le vois pas

Alors, tu voles une heure

Ici et là

Pour tuer le temps

Pour que le temps

Ne te tue pas

Des mots

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des mots tendres

Des mots à prendre

Des mots à fleur de peau

Ceux sans drapeaux

Des mots poème

Que la peau aime

Des mots de larmes

Qui désarment

Des mots de tous les jours

Qu’on dit pour toujours

Des mots qui déchirent

Le jour de s’affranchir

Et puis, des mots fleuris

Car la vie est jonglerie

Même si tous sont mots croisés

Dans ce monde à apprivoiser

Dans un clair obscur, des mots duels

Pour des nuits sensuelles

Des envolés de mots velours

Tendrement, sans désamour

La folie des mots musique

Quand tout est magique

Et lorsque tu ne pipes mot

Vis et oublies tes maux

Des mots à mot couverts

A deux cœurs ouverts

Des mots qu’on se dit

Même les maudits

Des mots étranges

Des nuits d’orage

Des mots silences

De la résilience

Des mots fragiles

D’une terre d’argile

Et il y a des mots non dits

Comme interdits

Mon pote

Ttotte Etxebeste —

Mon ami, mon pote, tu es là, perdu, parce qu’elle s’est enfuie, t’a larguée. Ne chiale pas comme ça, putain ! Bouge un peu ton cul, dis-toi qu’elle n’était pas faite pour toi. Allez arrête, tu es pathétique, puis cesse de renifler comme ça, comme un con ! Putain mon pote, ce n’est pas grave, tu as perdu une bataille d’accord, mais pas la guerre.

 

Et puis, oui chiale si ça te soulage, après tout ! Mais arrête de regarder défiler ta vie, tu n’es plus là, t’es je ne sais où ! T’es assis là, comme on peut l’être dans un hall d’attente d’une gare, comme un mec qui attend son train. Comme si la vie était des voies de chemin de fer avec ses gares et ses aiguillages (non ce n’est pas un slam de grand corps malade). Imagine toi, mon pote, les voies sont nos voyages, les gares nos espaces de doutes et les aiguillages nos décisions. Il nous arrive de prendre une voie pensant qu’elle est la nôtre, et puis non, il y a un arrêt, un accident sur la ligne, et tout bascule vers les larmes, la douleur, alors tu descends et tu te retrouves en gare, le cœur en détresse, là avec tes questions, tes blessures, tes peurs, tes doutes.

 

Assis sur un banc, tu regardes passer les gens, et près de toi, peut-être, deux amoureux s’embrassent, sur ta joue une larme coule, tu repenses à ton amour perdu, tu les envies. Tu es dans cette gare une âme errante, un sans amour fixe. Pourtant, aujourd’hui ou demain, dans cette gare, il te faudra trouver ta nouvelle destination, te lever, prendre ton sac et aller voir le panneau d’affichage pour savoir où vont tous les autres trains.

 

A toi de choisir ton train mon gars, pour une meilleure vie. Sans le savoir mais en y croyant fort, aussi fort que ton souffle, pour que ce changement ait lieu, il te faudra trouver la force, puiser au plus profond de toi, creuser ton âme, apprendre à voir la lumière dans l’obscurité, et alors seulement tu trouveras la force et la motivation.

 

Il faudra t'éloigner de la douleur, et te rapprocher des plaisirs de la vie, car lorsque la douleur est en nous, souvent nous avons du mal à nous éloigner d’elle. Bien sûr, tu peux aussi errer dans cette gare pendant un certain temps, mais tu ne trouveras pas ta voie, tu ne sauras pas quelle est ta destination. Tu n’as pas le choix, tôt ou tard, il te faudra partir, reprendre la route, remonter dans un train, choisir le bon aiguillage pour ne pas te retrouver à nouveau en rade dans une autre gare, plus loin, plus tard.

 

Bien sûr, tu vas me dire que te jeter sous un train règlerai tout, tout serait bien fini !

Connerie mon pote, regarde comme la vie est belle ! Derrière tes larmes, derrière ta blessure, il y a le parfum de la vie. Cette vie est une garce, mais c’est une belle garce ! Alors accroche-toi à elle. Et tu le sais bien, nous les mecs, on a toujours aimé les belles garces. Alors putain, ne regarde pas sous les trains !

 

Tu reprendras goût à la vie et au départ de la gare, en remontant dans cet autre train, tu risques d’avoir le vertige. Mon ami, mon pote, tu auras sans nul doute la boule au ventre, envie de vomir, des sueurs dans les pores de ta peau, peut-être même une peur bleue et une envie de descendre, de te rassoir sur ton banc. Je sais au fond de moi, que tu ne descendras pas car tu cherches la lumière.

 

Surtout ne te trompe pas de train mon vieux, j’aimerai que tu prennes le bon cette fois-ci, qu’il roule, sans encombre, le plus longtemps possible jusqu'à toucher l’horizon et son soleil. Ne t’inquiète pas si ça prend du temps, tu sais bien que les trains on toujours du retard.

 

Allez viens, on va aller se manger un hamburger au buffet de cette gare et se taper une bonne bière. Mais putain, arrête de pleurer comme ça, un mec ça pleure pas !

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>