Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Histoires courtes

Histoires courtes

Bidaia poetikoa

Partager cet article

Repost

Hirietako Kale ustelak

Ttotte Etxebeste —

Hirietako Kale ustel eta zikinak jotzen dituzu

Takoi orratzak oihetan, bularrak erdi kanpo

Berdin zaizu izan dadin neguko gau hotza

edo udako gau epela, zuretzat ez dago izarrik

Ezpainak margotzen dituzu, su gorri biziaren nazka

Zure gorputza daukazu mila txikotzeek higatua

Bide bazterrean auto, kamioi bat, denean gelditzen

Argiak itzalik berin bat denean zure parean jeisten

Betiko galdera, zenbat hartzen duzu ordu batentzat?

Kapotarik gabe egiten ote duzu? Gustuko duelako

Gizon ezezagunaren fantasma ergela gozatzeko

Ehun euro triste baino gehiago ez baituzu balio

zure biziaz axolatu gabe, bereak dauka garrantzi

gibeleko alki batean luzatuko orots baten nahiak

gozatuko dituzu bere izerdi usain txar atzeraraziz

larrua joko duzue, pagatu, begirada bat gabe joan da

Gona motza jeisten duzu ezpainak berriz gorritzen

Zigarro bat gauean pizten sakonetik kea irensten

Beste auto, kamioi baten zain berriz kalea jotzen

Zenbat eskuk ta buztanek dute zure gorputza zikinduko

Eme galdu bat zara denentzat, beren fantasmen jostailu

Ezin dute ikusi zutan dagoen emaztea, nor zaren benetan

Egun batez ihes egingo duzu kale ustel eta zikin horietatik

Ez bada egia ere, nahi duzu amestu, nahi zinuke atera hortik

Éphémère

Ttotte Etxebeste —

Ici bas tout est éphémère

Dès la création d’un blastomère

Tout se retire comme une mer

Même si ça a un goût amer

Tu ne peux faire marche arrière

La vie elle même est une chimère

Inutile d’être téméraire

C’est pisser sur un réverbère

Que tu sois prolétaire

Révolutionnaire

Réactionnaire

Enfoiré de parlementaire

Ou même missionnaire

Même si tu es lunaire

Pas de remède de grand-mère

N’écoute pas les commères

Qui te diront le contraire

Nous sommes ici temporaires

Tu ne seras jamais bicentenaire

Il te faudra prendre le funiculaire

Tout fini dans un trou d’air

Seuls les souvenirs sont millénaires

Alors fait l’amour au bord de l’estuaire

Vit comme un guerrier, une guerrière

Torturaren garrasia

Ttotte Etxebeste —

Nonbait entzuten dugu Schumannen melodia piano batek joa

Guk kuarteleko gerritak pasa ditugu armaz ta zakurrez inguratuak

Piza usainez ta odolez uherturiko zeldan batean bota gaituzte

Ongi etorri gisa, beste ezezagun ta jadanik anai batzuen garrasiak.

 

Armadunek zerrizilotik erauzten gaituzte bortxaz, poltxa bat buruan

Ez ditugu ikusten, beren izerdi usainak aski jakiteko hor daudela

Garrasika, kolpeak, mehatxuak, ostiak, intimidazioak beren hizkuntza

Gu larru hutsik beren jostailu, begiak itsuturik lau patak haien ordenetan.

 

Zenbat mende hemen gaudela erokeri honen erdian egun ala gau ote da

Gure gorputzak kolpeek anestesiatuak, buru bihotzak beldurrez estutuak

Gako arrabots guziz dardarika saltoa, ikaratua zer asmatuko duten oraindik

Beti poltsa buruan itogarri, zangotik zintzirik ezarri gaituzte, noiz dator heriotza.

 

Hemendik kanpo iduzkia jeikitzen ote da oraindik egunsentiarekin itsas gainean

Haur baten eskuek Schumannen melodia piano batean jotzen ote dute beti

Euriak maitearen gorputzak bustitzen ditu eskuz-esku daudenean beren korrikan

Amets txar honek bukaera baten hastapena ba ote du noizbait, ezin dugu gehiago

 

Orain ipurditik, alutik arma motz eta hotzak sartzen dizkigute haien herrarekin

Ura, elektrika kargak, debaldetako galderak, berritz amaiera gabe ura, elektrika kargak

Ez daukagu gorputzik, haragi zaurituak baizik, ubeldua, hanpatua, odoldua, arauzia

Zergatik bizia eman diguzute hau dena jasateko, zer sentsu dauka bizi honek, zer gara?

 

Ifernuko bidaia hau laster amaituko da zilo honetan utziko dugu gure azken arnasa

Gu bezala beste ainitzek jadanik hemen bakardadean bota zuten azken askatasun oihua,

Heriotza leku honetan askatasuna da nigargarria, heriotzak askatuko gaitu ifernu honetarik

Hoztu gara, lurreratu gara, arnasak isildu dira, kolpeak ere, ez dago gehiago ezer, hutsa baizik

Toi, qui hurle...

Ttotte Etxebeste —

Toi, qui hurle, que cette terre est à toi, toi qui désire fermer les frontières et emmurer ce que tu oses appeler ta patrie. Toi, qui le soir venu, te barricade, laissant dehors ceux qui ne te ressemblent pas. Toi, qui écoute ceux qui appellent à la haine, ceux qui te font croire que cet étranger est un danger pour toi, pour ta civilisation, alors qu’il est bien plus proche de toi, de ta vie, que les marchants de haine dans leurs salons.

Dis-moi,-toi, que ferais-tu, si on détruisait ta vie, si on la bombardait d’obus et de haine ? Dis-moi,-toi, que ferais-tu, si, en un éclair, ta vie basculait entre chao et larmes. Dis-moi que ferais-tu, si la faim hurlait dans ton ventre, si ton avenir n’était que l’absurdité de la guerre et de la famine ? N’aurais-tu pas toi aussi cette envie de fuir cette terre qui pourtant t’a vu naitre, fuir en abandonnant ton passé pour l’inconnu ? N’aurais-tu pas cet instinct de survie ? Partir, fuir, vers un ailleurs où la misère serait peut être moins cruelle. Ne traverserais-tu pas le désert, et ne prendrais-tu pas un radeau de misère pour traverser l’océan, au risque d’y laisser ta vie sachant qu’elle ne vaut plus grand-chose ?

Toi, qui refuse d’accueillir les errants d’aujourd’hui, n’aurais-tu pas oublié que l’homme, depuis la nuit des temps, est un réfugié, un migrant ! La misère, la famine et la guerre n’ont eu de cesse de pousser les désespérés vers l’exil. Des familles entières ont été jetées sur les routes inconnues des Amériques ou d’ailleurs par les grandes famines d’Irlande, de Russie, du Portugal ou bien encore par celles de chez nous. Les guerres sanglantes d’Europe, elles aussi, ont mis sur les routes de l’exil, tant et tant d’hommes, de femmes et d’enfants. Pour certains, après l’exil, ce fut l’internement dans les camps comme celui de Gurs. L’aurais-tu oublié ?

Ouvre les yeux et tu verras que, derrière tes murailles, le monde est vaste et riche de beauté, que la différence n’est pas effrayante, au contraire, elle est une richesse. N’écoute pas ceux qui veulent t’enfermer dans la peur et la haine, écoute le chant de la différence multiculturelle !

Approche-toi de la nature et observe-la, elle t’apprendra que les frontières sont la folie des hommes. Les autres espèces ne connaissent pas de frontières, elles vont et viennent à leur guise, à la recherche de nourriture. Elles sont libres et nous pourrions l’être aussi si nous arrêtions de nous enfermer dans les ghettos… libère-toi !

J’aime ce monde sans trop savoir s’il tourne vraiment rond. Au cours de mes errances, de mes vagabondages, j’ai rencontré tant de couleurs, entendu tant de chants. J’ai aimé l’atmosphère et ces parfums d’ailleurs. Regarde dehors un instant, laisse tomber tes œillères, et dis-moi à qui appartiennent les montagnes, la lumière du soleil, la pluie, le vent et les océans… pas à toi, ni à moi, alors arrête de vouloir des frontières et des barbelés.

Mes certitudes sont celles que me chante mon cœur. Je suis né ici, sur cette terre basque, comme j’aurais pu naitre ailleurs. Je me sens profondément basque, pourtant cette terre ne m’appartient pas. Je suis ici locataire. Je sais qu’elle peut accueillir bien d’autres que nous et leur rendre la vie moins pénible.

Toi qui refuse d’accueillir des plus miséreux que toi, écoute encore ceci : une maison aux fenêtres fermées, aux portes emmurées, ne respire pas, ne vit pas, elle moisit de l’intérieur et lentement se meurt. Une table vide est triste alors qu’une table aux milles convives est plus gaie, plus riche.

Moi j’aime avoir les fenêtres et les portes grandes ouvertes, et avoir à ma table tant d’amis d’ici et d’ailleurs. Toi aussi, ouvre ton cœur aux autres et tu verras que ce monde sera plus beau !

Idatzi

Ttotte Etxebeste —
Idatzi

Idatzi ez galtzeko
Idatzi ez ahanzteko
Biziaren denbora laburrean
Idatzi oihukazko
Idatzi ez hiltzeko
Hitzak kolorez ezarriz dantzan
Papera xuriaren hitzak
Ezin aurkituz gau xuriak
Hitz debekatuak
Hitz maitatuak
Hitz illunak
Hitzak senditu makoen gisa,
Idatzi bizia emaiten den modura
Idatzi ezin erran diren hitzak
Hor orain idatzi azkenak
Idatzi kantu bat, otoitz bat
Hitza hitz bizi, hitz zaharretan
Idatzi bakartasun bidaian
Idatzi mundu berri bat
Idatzi bizi zati bat
Hitz ahantziak
Hitz zaurituak
Hitz xumeak
Idatzi kale erdian
Edo mundu puntan
Idatzi naizelako
Idatzi begiak idekitzeko
Idatzi borrokarako
Idatzi bakerako
Idatzi ametserako
Idatzi harriaren gainean
Idatzi lur bustian
Hodeiaren gainean
Presondegiko murruetan
Idatzi atzokoa
Idatzi gaurkoa
Idatzi biharkoa
Idatzi hitzak bat bestearen ondotik
Melodia edo tramatura izanik
Otsozelaieko harpetatik
New Yorkeko dorretatik
Gernikako merkatutik
Saharrako basamortutik
Idatzi gizakiaren historia
Nere, zure, beraien hitzak
Garrantzia gabeko hitzak
Ezer ez baitu garrantziarik
Hitzak behin betikoz isildurik

Ecrire pour ne pas se perdre
Ecrire pour ne pas oublier
Ecrire à hurler
Ecrire pour ne pas mourir
Pour faire danser les mots en couleur
Des mots sur papier blanc
Ceux des nuits blanches
Des mots interdits
Des mots d’amour
Des mots sombres
Des mots comme une parenthèse
Ecrire comme on donne la vie
Ecrire les mots impossibles à dire
Ecrire un chant, une prière
Ecrire dans un voyage solitaire
Ecrire un nouveau monde
Ecrire une tranche de vie
Les mots oubliés
Les mots blessés
Les mots humbles
Ecrire au milieu de la rue
Ou à l’autre bout du monde
Ecrire parce que je suis
Ecrire pour ouvrir les yeux
Ecrire pour la lutte
Ecrire pour la paix
Ecrire pour rêver
Ecrire sur la pierre
Ecrire dans la boue
Sur les nuages
Sur les murs des prisons
Ecrire le passé
Ecrire le présent
Ecrire le futur
Ecrire les mots les uns après les autres
Une mélodie ou un dramaturge
Des grottes d’Otsozelaia
Des tours de New York
Du Marché de Gernika
Du désert du Saharra
Ecrire la mémoire de l’humanité
Avec mes mots, les tiens, les leurs
Des mots sans importance
Car rien n’a d’importance
Si on fait taire les mots

Maoista historia

Ttotte Etxebeste —
Maoista historia

Maoista bat gurutzatu nian atzo goizean
Eskuin ezker iraultzaren ondotik lasterka
Eskuin… ez asko hala ere printzipioen gatik
Maoista nauk, gorri dirdira daukat odola
Kapitalismoa jo ta ke zapuztu beharrean
Ukabila gora ta jinko maoren liburu ttikia
Nongo planetatik badator hau, nondik atera da
Berriz Maoren martxa handia egin behar dela
Troskista traidoreak garbitu, lurperatu saingaka
Stalin-ekin berdintxo egin behar omen duela
Hila duk mutil ! ba te! berriz akatu beraz
Gaurko ezkerra denak marikoiak… ez denak
Maoistek ditek salbatuko benetako ezkerra
Hor benetako bat gurutzatu diat garbi garbia
Erraten dizuet ba, hau da azken mohikanoa
lastima iraultza museo batean ezarri ezin dela
zergatik?.. museoa ere duelako erreko dena
maoista hau ez da txiste bat ostia honen sua
honekin bihar ez daukagu erregerik ez eliza
zeruko izar guziak gorriz tintatu nahi dituela
honekin ez diat gehiago aurkituko ipar izarra
bide seinaleak ere aldatu behar… denak ezkerrera
gure herrietan xoko guzietan Maoren argazkia
akabo ditiagu… Xaho, Matalas ta beste guziak
agur egin dezazue gure «eusko gudariak»
«borontarioen martxa» beharko diau kanta!
Ez pentsa honekin guziarekin amaitu dela
Ez, ez denek «col mao» jantzi behar dugula
Hori nik ezin diat, nere jantzi zahar guziak ditiat bota
Hi! kontsumora pusatzen nauk modu horretan
Nik maoren kazketa ez diat maite, nahiago txapela

Un artiste

Ttotte Etxebeste —
Un artiste

C’est un drôle de personnage, peut-être même que c’est un ange. Ce qui est certain, c’est qu’il est poète, artiste. Bien des grands peintres ont voulu saisir sa couleur, ses nuances, ses pigments, mais nul n’y est arrivé à ce jour, et je crois que personne n’y parviendra jamais. Il est unique, magicien de la couleur et de la poésie. Inutile de vous précipiter dans les musées ou dans les galeries d’art pour admirer ses œuvres. Lui n’expose qu’à l’extérieur, à ciel ouvert, aux quatre vents.

Il peint le monde de ses couleurs, de sa chaleur. Après avoir voyagé dans d’autres hémisphères, après avoir peint ailleurs, il revient nous rendre visite régulièrement. Il s’installe ici pour quelques semaines parfois un peu plus. Au début, il reste silencieux, il observe et sans se presser, il commence son œuvre. Il barbouille sa palette et avec son pinceau délicatement, il entame sa toile avec sensualité. Lui, il n’a nul besoin de chevalet, il peint à main levée. Son pinceau, c’est son souffle ; le vent du Sud, son complice, pour sécher sa toile. Sa palette est faite de grains de sable venus d’Afrique, et de brise marine.

Il transforme ce vert si particulier de chez nous en or et cuivre, des sous-bois d’Irati, en passant par les Arbailles, aux sommets d’Urtarai, d’Iparla et Arranomendi. Jusqu’aux fins fonds du Baztan aux pentes de Xoldokogaina, il repeint la nature. Même la couleur ocre du sud des Bardenas change de ton. Il fait naitre une atmosphère étrange, comme si le temps n’était plus le temps, comme si nous avions quitté ce pays pour un autre. Il nous emporte dans un voyage mélancolique. C’est une symphonie entre brume et derniers éclats de soleil. Quand tombe le jour, il repeint l’horizon d’une gouache safranée. Au petit matin, il fait de nos sous-bois, une estampe chinoise tout en mystère. Il joue avec la lumière et l’ombre.

Cela fait pourtant des siècles et des siècles qu’il peint, qu’il manie son pinceau automnal, pourtant il nous surprend chaque fois. Il nous touche et bouleverse par la beauté de son œuvre. Ses tons automnales son pour ceux qui aiment regarder avec amour et passion un émerveillement. Il sait par sa magie des couleurs nous rendre notre âme d’enfant. Il estompe devant nos yeux délicatement les couleurs de l’été, et fait naitre ses motifs.

Ce peintre, cet artiste n’est pas une saison, ne vous trompez pas, il est bien plus que ça ! Il est la beauté à l’état pur, un manteau de chaleur avant l’hiver. Il est une invitation à la poésie, à la rêverie. C’est une nuance de couleur insaisissable. Non, ce n’est pas une saison, mais une œuvre d’art.

Son œuvre est éphémère, et il nous invite à la contempler et à l’admirer avant que ne l’emporte la froideur de l’hiver. Sa toile est faite de grains de sable, de terre ocre et de safran que l’hiver fera fondre. Oui, tout est éphémère, même la vie, et il nous souffle de profiter de l’instant présent car demain tout cela ne sera plus.

Je sais qu’il reviendra façonner cette terre de sa beauté aussi longtemps que la terre tournera autour du soleil. Même après nous, il continuera à peintre et à repeindre pour les générations futures. Par sa splendeur, Il les éblouira. Des artistes de demain tenteront eux aussi de saisir ses couleurs, ses nuances et ses pigments. Les poètes écriront des vers et de la prose comme une ode. Des amoureux perdus dans leurs rêveries s’oublieront en regardant un horizon de gouache safranée. D’autres arrivés à l’automne de leur vie seront nostalgiques des automnes de leur jeunesse. Ainsi va la vie… et les saisons.

Comme écrivait Henri de Toulouse-Lautrec "L'automne est le printemps de l'hiver"

SOLDADU HAURTXOA

Ttotte Etxebeste —
SOLDADU HAURTXOA

Amaren bularretatik lapurtua helduen basakerira
Fruitu zauritu bat arbolatik sobera goiz eroria
Mundu honetara etorri bezin azkar arma eskutan
Helduen errokeriak bortxaz arrotoin ziloetan sartua
Zein da zure izena ? Ze garrantzi dauka
Zure aurpegia ikusi dutelako edozoin haurretan
Helduen gerla zikinen ustelkeria usainan bizi zara
Zu baino handiagoa den maxeta bat eskuan
Zure malkoak ikusi ditut Ugandatik Birmaniara
Bortxatu dituzte zure haur ametsak, zure duintasuna
Nork geldituko ote du zure amets beltz hori?
Jungla illun batean zure iduriko batzuekin galdua
Zenbat odol zure haur eskuetan? Ze garrantzi dauka
Zure bizia lapurtu dutelako xirtxikatu dutelako
Nor kezkatuko da zure malkoetaz basakeria horretan
Ur zikin eta zakur gorputz usteldu erdian
Bide bazterrean eroriko zira axolagabekerian
Zu baino haundiago den armarekin soldadu haurtxoa
Zure gainean zerua grisez margotu da zure begiak bezala
Hobendun senditzen naiz nere konformismoan eguneroko bizian
Ezin zaitut ahantzi zure armarekin soldadu haurtxoa
Nork kondenatuko ditu zure haurtasuna lapurtu dutenak
Hotzikara sartzen zait zuri pentsatuz nere ezintasunean
Momentu berean beste haur batzu nere auzoan
Jakin gabe jolasten dira gerla joko birtualetan
Zure haur aurpegia ikusi dutelako bi berriren artean
Idazten dizkizut lerro hauek zuri ezezagun haurra
Zoin da zure izena ? Ze garrantzi dauka !
Ikusi dutelako zure arpegia!

Arraché du sein de sa mère par la barbarie des adultes
Comme un fruit pas mûr que l’ont fait tomber de l’arbre
On t’a mis une arme dans la main trop tôt
La folie des adultes t’ont mené dans des trous à rat
Quel est ton nom ? quelle importance !
Parce que je vois ton visage dans chaque enfant
Tu vis dans l’odeur des guerres sales des adultes
Avec une machette bien plus grande que toi
De l’Ouganda a la Birmanie j’ai vu tes larmes
Ils ont violé tes rêves d’enfant, ta dignité
Qui pourrait arrêter ce cauchemar que tu vis ?
Tu es perdu avec d’autres enfants dans cette jungle
Combien de sang as-tu dans tes mains d’enfant ?
Ils ont détruits ta vie, ils te l’ont volé
Qui se soucie de tes larmes dans cette barbarie ?
On te trouvera un jour mort dans un caniveau
D’eau sale et de chiens pourrissant
avec une arme bien plus grande que toi enfant soldat
Ton ciel est aussi noir que le fond de tes yeux
Je me sens coupable dans mon conformisme
je ne peux oublier ton regard avec ton arme
Qui condamnera ceux qui t’ont volés ton innocence
En même temps ici des enfants jouent
Sans le savoir à des jeux de guerre virtuels
Parce-que j’ai vu ton visage entre deux infos
Je t’écris ces quelques mots à toi enfant soldat
parce que j’ai vu ton visage.

DRAME DE GASTEROPODES

Ttotte Etxebeste —

Je voulais vous écrire une histoire légère, mais voilà, il m’arrive une catastrophe et on m’a dit que par ici il y avait des amis en veux-tu en voilà alors je me décide à vous raconter ce drame qui se déroule là, tout près de vos vies. Pendant un instant, j’ai bien songé à contacter Jean-Pierre Pernaut, lui qui est à l’écoute des drames ruraux. Puis je me suis rétracté, il est si occupé à sauver la France profonde qu’il a du boulot. Je viens donc vers vous

Je me lance, comme certains d’entre vous le savent, je vis dans une charmante maison, genre petite maison dans la prairie. Et ce printemps, dans ma douce prairie, j’ai vu arriver, sans se presser, toute une colonie d’escargots ! Oui, oui, vous avez bien lu, vous savez ces petites bestioles gastéropodes et hermaphrodites. C’est fou comme elles sont attachantes, avec leur mignonette carapace. Avec leurs petits tentacules qui bougent comme ça, pour rien, elles sont adorables.

C’est ainsi que ces escargots, petits et inoffensifs, sont arrivés chez moi, tout pénards, romantique et sensible comme je suis, je n’ai pas résisté à leur charme. J’ai donc construit un petit jardin, et vous auriez dû les voir… Comme ils étaient heureux dans ce jardin.

Les après-midi ensoleillés, je m’allongeais, une marguerite entre les dents, avec mes escargots qui gambadaient autour de moi. Bon peut-être que gambader est mal choisi, disons plutôt qu’ils se glissaient tout, tout doucement. Quel bonheur ! Vous ne savez pas comme c’est apaisant de regarder vivre ces petites bestioles. La vie tout à coup prend un autre rythme, plus lent, plus somnolant. Les regarder se faufiler entre deux tiges d’herbes fraiches est si émouvant que je me suis surpris plus d’une fois la larme à l’œil. Oui, je vous l’accorde, avec eux il n’y a pas beaucoup d’actions, mais par contre, je vous garantis un anti-stress extraordinaire.

Mais revenons au drame de cette histoire, car c’est tout de même pour cela que je vous raconte tout ça. Ne voila t-il pas, pour je ne sais quelle raison, ils décident d’aller voir dans le champ du voisin. Lui, les voyant débarquer et n’étant pas poète pour un sou, les accueille à coup de pesticides et autres armes de destruction massive. Cette brute épaisse n’a pas de cœur et pas plus de cervelle, je crois. Il a dû faire un stage de cruauté chez les barbus. C’est un mélange d’Adolf et Joe Dalton.

Pour stopper ce génocide, j’ai planté des choux bien gras, bien dodus, convaincu que cela les ferait revenir, mais rien à faire, ils continuent d’aller chez l’autre, le barbare, le Attila du pays basque. Sûr, chez lui, ils vont vers une mort certaine ! Impossible de les raisonner, ils vont au suicide collectif et moi, je suis là impuissant, désarmé devant la brutalité de l’autre et la stupidité de ces bestioles.

Devant ce drame qui me bouleverse, je me suis dis que seuls mes amis pourraient m’aider. Dites-moi, que faire ? Comment retenir ces stupides gastéropodes ?

Mais je vous préviens de suite le premier ou la première qui aura l’audace de me donner une recette d’escargots, même une recette Bourguignonne, sera supprimé de ma liste d’amis. On ne rigole pas avec le drame des gastéropodes.

MODIGLIANI

Ttotte Etxebeste —
MODIGLIANI

Zure begiak margotuko ditut, zure arima ezagutuko dutelarik…
Eta egun batez, Jeanne-ek arima bat ukan zuen…

Je peindrai tes yeux, que lorsque je connaitrai ton âme…
Et un jour, Jeanne eut une âme…

<< < 10 11 12 > >>