Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires courtes

Histoires courtes

Bidaia poetikoa

Mon épaule

Ttotte Etxebeste —

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon épaule est un perchoir

Où se posent tant de chagrins

Qui s’envolent en douce ensuite

A la première petite éclaircie.

 

Ne serait-ce pas un mouchoir ?

Les jours des tristes matins 

Pour des âmes inconduites 

Qui par la suite la remercie.

 

Ou peut être un comptoir ?

Où se tisse un tourmentin,

A la brise, les voiles s’agitent

Lorsque le cœur s’est adouci.

 

Elle est comme une balançoire

Avec son sourire enfantin

Et des pétales de marguerite

Qu’on effeuille avec courtoisie.

 

Souvent, elle a de la mémoire

De la tendresse, pas de baratin.

Et en silence, elle médite

Elle, est sans aucune jalousie.

 

Mon épaule est un perchoir

Un banc dans un jardin

Un petit hall de transit

Dans une vie parfois noircie.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article