Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires courtes

Histoires courtes

Bidaia poetikoa

Partager cet article

Repost 0

Une île

Ttotte Etxebeste —

C’est une montagne surgissant au milieu de la mer, illuminée par un soleil levant. Elle s’élève seule au milieu des eaux dans une fierté majestueuse. Elle s’impose de roc et de sable au milieu de la méditerranée. Que vous la survoliez ou que vous l’abordiez par la mer, elle vous submerge d’émotions. A la seconde où je l’ai découverte, j’ai compris pourquoi on lui avait donné le nom de « l’Ile de beauté » ! Mais en vérité, elle est bien plus qu’île de beauté, elle est une île rebelle ! Elle a encore les vestiges de ses tours génoises qui montent la garde, défendant les côtes de l’arrivée de nouveaux envahisseurs.

 

J’ai pris ses routes sinueuses pour la parcourir, pour humer son air, j’ai été subjugué par sa beauté sauvage.  Sa rudesse est visible dans chaque rocher et dans chaque défilé. Les paysages sont empreints d’histoires et de mystère. Il y a dans les couleurs, dans les parfums, quelque chose de profond, de fort et de beau à la fois.

 

Dans les villages que j’ai traversés, les maisons aux volets clos parlent d’un pays silencieux. Les murs sont gravés par les drames d’hier et d’aujourd’hui, par les drames d’un peuple, mille fois bafoué, assassiné et pourtant toujours debout. Les vieilles sans âge, toute de noire vêtue, ressemblent étrangement aux vieilles sans âge de chez moi. Elles sont la mémoire vivante, la transmission orale d’un peuple de bergers. Depuis les premiers arrivants de Filitosa à Pascal Paoli en passant par Ghjuva Batti Acquaviva, ce peuple a forgé son histoire et son destin. Il vous suffit de regarder ces paysages, ces hommes et ces femmes pour comprendre que ce peuple ne sera jamais soumis ! Il y a en lui, la détermination, un attachement invisible que rien ni personne ne pourra asservir.

 

Le maquis. Ce mot sonne comme une chanson de résistance. Il a une senteur de lavande, de ciste, de genêts et d’hélichryses immortelles qui vous imprègnent. Vous comprendrez pourquoi un vieil empereur que je ne nommerai pas ici, a dit qu'il serait en mesure de reconnaître son île natale à sa seule odeur. L’âme Corse est dans ces maquis, il n’y a pas de doute. Elle est île d’oliviers, de bruyères, de forêts de châtaigniers, de chênes et de mandariniers. Sur les flancs des rochers s’accrochent des nopals comme suspendus dans le temps et sur les plages fleurissent des figues marines qui embaument la méditerranée.

 

C’est un peuple qui chante beaucoup plus ses drames que ses joies, qui ne danse pas mais qui porte le poids de son histoire. Ce peuple, on le dit fermé, mais, celui qui sait l’écouter, le comprendre et le respecter, découvrira alors un peuple au grand cœur.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article